Introduction

La question du développement des habiletés sociales occupe une place de plus en plus importante en éducation, notamment quand il s’agit de lutter contre la violence et l’intimidation (voir le projet de loi visant à lutter contre l’intimidation et la violence à l’école) en contexte scolaire. Une telle visée ne saurait se réaliser sans une réelle prise en considération des facteurs fondamentaux qui en constituent la toile de fond. C’est ainsi que le recours à un référentiel pour le développement des habiletés sociales destiné aux directions d’écoles et aux personnels s’avère d’une grande utilité. Ce dispositif intégratif élaboré par la Commission scolaire des Samares et les partenaires vise trois objectifs principaux pour aider les directions d’écoles et les intervenants :

  1. Faciliter chez tous les élèves le maintien et/ou l’instauration des comportements sociaux qui les aident à mieux interagir avec leurs camarades et les adultes ;
  2. Mieux gérer la violence de certains élèves en leur fournissant les outils dont ils ont besoin;
  3. Favoriser la réussite du plus grand nombre d’élèves en leur permettant d’apprendre et de se socialiser dans un contexte favorable à leur développement intégral.

Plus précisément, le présent référentiel s’inspire de la démarche réflexive et comporte essentiellement 5 étapes :

Observer
Cette étape requiert la prise en considérations des habiletés sociales des élèves d’une école donnée en lien avec ses valeurs et celles de la société. Cette observation s’appuie sur le regard croisé de tous les acteurs : élèves, enseignants, intervenants psychosociaux, directions, parents, etc.
Réfléchir
Cette étape consiste à identifier les facteurs relatifs à telle ou telle situation problématique. Elle nécessite une analyse concertée et réfléchie des actions déjà effectuées ou en cours pour développer les habiletés sociales et lutter contre la violence. Elle fait référence aux éléments constitutifs d’un milieu de vie.
Planifier
Cette étape implique de choisir les moyens les plus adéquats pour développer les habiletés sociales et prévenir et contrer la violence. Elle conduit à établir des modes spécifiques de mise en action : Ex. clarification des rôles et dispositifs adaptés à chaque situation.
Agir
Cette étape nécessite un suivi attentif des modalités de déroulement de l’action. Elle suppose un encadrement et une coordination efficaces des opérations conduites sur le terrain.
Évaluer
Il s’agit ni plus ni moins de rendre compte des résultats obtenus en cours de route ou après les interventions effectuées en vue d’ajuster le plan d’action en fonction de ses résultats.

Ces diverses étapes ne doivent pas être considérées sous un angle linéaire mais bien sous un angle circulaire. Ce qui veut dire qu’il est possible et souhaitable de revenir à une étape antérieure quand le besoin s’en fait sentir. C’est ainsi que la démarche et les actions pourront être améliorées.

Pour conclure ce bref aperçu, la lutte contre la violence scolaire ne saurait se résumer à des mesures correctives venues de l’extérieur. Elle exige une prise de conscience réelle de la part de toutes les personnes concernées et l’instauration d’un véritable dialogue.

Gérald Boutin Ph. D., professeur titulaire, UQÀM

Copyright © 2012-2016 Commission scolaire des Samares. Tous droits réservés.